Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 09:00

A peine le premier bilan tiré qu'il est temps de penser à l'inscription ou à la réinscription pour janvier 2015

Périscolaire : déjà les réinscriptions

Les imprimés nécessaires seront distribués dans les écoles aujourd'hui et demain. Leur retour est attendu pour la fin du mois.

Périscolaire : déjà les réinscriptions

Les imprimés de réservation pour le restaurant scolaire et la garderie sont également disponibles dès cette semaine.

Périscolaire : déjà les réinscriptions
Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 05:54

Cet article est reposté depuis brunoderemaucourt..

Repost 1
Publié par Bruno - dans Info Mairie
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 07:45

Les élèves de l'école ont participé pleinement à la cérémonie de cette première année du centenaire en plantant un drapeau devant les sépultures des anciens combattants.

De retour au monument aux Morts, ils ont lu deux textes inédits extraits du carnet de guerre d'un soldat, puis déposé des fleurs bleues, blanches rouges aux côtés des drapeaux bleu blanc rouge.

La Marseillaise en final
La Marseillaise en final
La Marseillaise en final
La Marseillaise en final
La Marseillaise en final

 

Dormir !!

Quelquefois, malgré tout, nous essayons de nous coucher dans le réduit attenant. Cela consistait à s’étendre tout habillé sur du grillage tendu sur un cadre de bois. Mais dormir était difficile. Ces difficultés s’avéraient parfois insurmontables.

D’abord les rats.

Les rats traitaient le lieu en pays conquis, s’y poursuivaient avec des « cui cui cui » invraisemblables, nous courant sur la figure, mangeant les lacets de cuir de nos godillots.

Ah, il faut les avoir entendus fourgonner et crier les rats pour savoir ce que c’est qu’une invasion.

Les rats, les poux. Mais les poux n’étaient rien à côté des rats. On vit avec les poux, on s’y habitue… on ne prend même plus la peine de les chercher, persuadés de l’inutilité d’une telle offensive. Vous en tuez cinquante, il en revient cent.

J’ai possédé plus tard, au Kemmel en 1918, une paillasse composée en parties égales de sciure, de paille et de poux. Une paillasse vivante. J’avais l’impression qu’elle bougeait. J’y dormis fort bien.

Avec des rats, impossible.

Nous nous mettons quelquefois en colère contre eux et décidons d’une opération. Dans le réduit où nous couchons, nous disposons à terre des reliefs de repas. Nous nous mettons en cercle autour de cet appât, chacun une pelle à la main et nous faisons l’obscurité. Au bout d’un moment les trottinements se multiplient et nous avons l’impression d’un grouillement au centre de notre cercle. Un jet de lampe électrique et toutes les pelles s’abattent en même temps. Il reste quelques cadavres… mais c’est une goutte d’eau dans la marée des rats qui nous assaillent.

Noël 1917

Réveillon.

On doit embarquer le lendemain.

Parmi les préparatifs de départ nous fêtons tout de même cette date mémorable.

L’un de nous, Loupiac, un sous-officier récemment nommé a reçu de sa femme une superbe dinde rôtie. Elle tombe à merveille pour corser un menu un peu rudimentaire.

La Marseillaise en final
La Marseillaise en final

 

Le lendemain dans l’après-midi nous embarquons à Chevillon… Wagons à bestiaux… c’est bien bon pour nous. Il fait un froid terrible. Nous passons par Toul. Nous arrivons au début de la nuit à Tantonville. Dans la nuit nous partons à pied pour gagner Laneuveville devant Bayon. Marche harassante et des plus difficile. La route est couverte de verglas. Deux pas en avant, un en arrière. Nous avons peut-être 25 km à parcourir dans ces conditions. Nous arrivons, morts de fatigue et de froid… et nous devons nous étendre dans des granges glaciales, sans paille, ni foin et sans couvertures.

La Marseillaise
La Marseillaise

La Marseillaise

Le traditionnel vin d'honneur pour clôturer la cérémonie

Le traditionnel vin d'honneur pour clôturer la cérémonie

Sources :

Journal de guerre de Bernard Mazé : les textes : "Dormir" et "Réveillon 1917"

Exposition "1914-1918" à l'église de Cerizy : photos des rats

 

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 10:00

Désiré et Victor.

Intéressons-nous à l'aîné.

L'aîné de la fratrie, c'est Désiré. Il est le fils de Marcelin Augustin et de Marie-Josèphe Tellier et a 10 frères et sœurs issus des deux mariages de son père.

Les frères Mathias

Si vous avez lu l'extrait de l'acte de naissance, vous vous êtes aperçus qu'il y manquait l'année. Elle est inscrite plus haut dans l'acte. Il s'agit de l'année 1881. Désiré avait donc presque 33 ans au début du conflit.

Les registres matricules conservés aux archives départementales et consultables en ligne nous en apprennent un peu plus.

Sur son physique (sans pouvoir autant en faire un portrait robot. Il était plus grand que la moyenne de sa classe (1,65 m).

Les frères Mathias

Lors du conseil de révision, il est déclaré "bon pour le service" mais dispensé comme aîné de 7 enfants. Il est alors manouvrier.

Bien que dispensé, il est arrivé au corps le 14 novembre 1902 comme soldat de 2ème classe. Cette incorporation est-elle consécutive à une condamnation survenue en 1901 ?

"Notre" Désiré était-il un bagarreur ?

Les frères Mathias

Il effectue donc son service au 87ème R.I., le régiment de Saint-Quentin.

Il est envoyé dans la disponibilité le 20 septembre 1903 après 10 mois sous les drapeaux avec un certificat de bonne conduite. S'était-il assagi ou les coups volontaires n'étaient-ils qu'un accident de parcours ?

Une autre question se pose. Pourquoi 10 mois sous les drapeaux alors qu'avant 1905, le service militaire a une durée de 3 mois.

Il effectue ensuite deux périodes d'exercice.en août 1908 et en septembre 1911.

Il est rappelé à l'activité lors de la mobilisation générale. C'est le 12 août 1914 qu'il arrive au corps.

Le 87ème combat dans les Ardennes belges en août 1914 puis participe à la bataille de la Marne au début de septembre.

 

BATAILLE DE LA MARNE

 

Pendant la Bataille de la Marne, du 5 au 11 septembre, après les grosses fatigues de la retraite,heureux d’avoir reçu l’ordre de ne plus regarder en arrière, de mourir jusqu’au dernier plutôt que de reculer, le Régiment, allant presque au-delà de la limite de ses forces, arrête le flot ennemi devant FAVRESSE, HAUSSIGNEMONT et BIESMES.

Après ce grand effort, pour la poursuite, il lui pousse subitement, semble-t-il, des ailes.

L'ARGONNE

Le régiment combat ensuite en Argonne.

Du 1er au 5 décembre, dans les bois de la Grurie, l'ennemi attaque furieusement et sans répit, mais il ne peut venir à bout de la ténacité du régiment qui rétablit toujours la situation quelles que soient les pertes qu'il subisse.

Les frères Mathias
Les frères Mathias

C'est là, à La Harazée, que disparaîtra le 1er décembre 1914, le soldat Désiré Mathias.

Ce jour-là, le régiment compte 20 soldats et officiers tués, 61 blessés et 203 disparus.

Les frères Mathias

On retrouve également sur Mémoire des Hommes" la fiche de son décès.

Désiré Mathias est inhumé dans la tombe 1058 de la nécropole nationale de la Harazée sur la commune de Vienne-le-Château dans la Marne.

Les frères Mathias

Sources :

Archives de la commune d'Essigny-le-Petit.

Archives départementales de l'Aisne.

Site "Mémoire des Hommes".

Site "Le Chtimiste".

Site "MemorialGenWeb"

Historique du 87ème Régiment d'Infanterie. Guerre de 1914-1918. Citations et exploits du 87 RI. Imprimerie Compiègne. G. Petit, directeur. 1919. Numérisé par Xavier ANTOINE. 2010.

Site "Delcampe".

S

 

 

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 06:07

A lire dans le Courrier picard de ce jour.

Essigny-le-Petit : Une réforme scolaire qui semble bien se passer.

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 15:00

Message d'un Essignyacois.

 

Pour information des agresseurs sévissent la nuit à proximité de CORA et du chemin des anciens combattants d'Afrique du nord. Leur fonctionnement : une personne simulant un malaise s'allonge sur la route pour immobiliser le véhicule et d'autres personnes armées d'armes blanches surgissent de leur cachette pour ouvrir les portes, cette mésaventure est arrivée ce weekend à ma remplaçante le TAXI LEBON demeurant à LEHAUCOURT. Heureusement qu'elle a eu la présence d'esprit de bloquer ses portes de passer sur le côté ( bonjour le traumatisme ).

Merci de transmettre ce message aux concitoyens.

Bien cordialement !

Dans le même registre, des vols sont commis dans les villages aux alentours.

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 10:00

La chute du mur de Berlin, il y a 25 ans.

La mort du général de Gaulle, il y a 44 ans.

A Colombey (photos jph)
A Colombey (photos jph)
A Colombey (photos jph)
A Colombey (photos jph)

A Colombey (photos jph)

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 09:05

Réuni hier soir, le conseil communautaire a voté une hausse de 3 centimes du prix du mètre cube d'eau. La une du Courrier picard titrait sur un autre point : la Maison de l'Emploi.

A la communauté d'agglo
Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 09:00

Des pommes : le fruit de la région et de la saison

A table pour la semaine
Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 09:00

120 km de véloroute longent le cours aval de la Somme.

A quand le même aménagement sur le cours amont ? A quand la suite vers l'est ? sous-titre le Courrier picard qui situe la source du fleuve à Croix-Fonsomme.

Une véloroute le long de la Somme
Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Essigny-le-Petit
  • Le blog d'Essigny-le-Petit
  • : Les nouvelles de la commune d'Essigny-le-Petit
  • Contact