Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 09:00
Si les bâtiments de la sucrerie de Courcelles ont disparu -elle a été détruite lors de la 1ère guerre mondiale- on trouve sur la toile des cartes postales et autres documents sur le fonctionnement de cette fabrique.

fonsommesucrerie.jpg

Partager cet article

Repost0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 09:00
fleursillum_2009002.jpg

Lu dans un quadrihebdomadaire axonais

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 09:00
ob.jpg
(Photo Christine Dupuis)

Aurait eu fière allure dans ses vêtements de seigneur.

Le costume masculin de cette époque se caractérise par son ampleur et par la somptuosité et l'extravagance de ses détails.

À partir de 1650, le costume laisse derrière lui la sobriété du règne de Louis XIII. Sous Louis XIV apparaît la rhingrave. Il s'agit d'une culotte dont les jambes sont très larges avec de nombreux plis. Cette pièce est tellement large qu'elle ressemble à une jupe ; la rhingrave est garnie de dentelles et de boucles de ruban très abondantes. Sur les souliers, les roses succèdent à des nœuds en ailes de moulin. La rhingrave atteint son maximum en largeur en France, en Allemagne et en Angleterre alors que l'Espagne paraît ne pas être influencé par cette mode.

Après 1680, ces haut-de-chausses bouffants deviennent de moins en moins larges jusqu'à devenir collants.

Le pourpoint se raccourcit et s'ouvre sur le devant pour laisser entrevoir entre celui-ci et les chausses la chemise portée bouffantes. Les manches sont très courtes. Le costume est surchargé de garniture (notamment de bouclettes de ruban appelées petites oies). Puis le justaucorps fait son apparition et se porte sur la veste. La veste, anciennement appelé le pourpoint, est un vêtement de dessous. Le devant et les manches de la veste sont en riche tissu et le dos en étoffe commune. Avec le temps, la veste se réduit en longueur et perd ses manches pour devenir le gilet.

Le chapeau est en feutre et empanaché, mode suivi dans la rue avec une plume de faisan en garniture[7].

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 09:00
jph
Photo Christine Dupuis

Greffier municipal dans une autre vie, il avait même adopté les sabots de bois.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 09:00
rr.jpg
(Photo Christine Dupuis)

Théophraste Renaudot, né en 1586 à Loudun (actuel département de la Vienne) et mort le 25 octobre 1653 à Paris est un journaliste, médecin et philanthrope français. Il est le fondateur de la publicité et de la presse française par ses deux créations du Bureau d'adresse (1629) et de la Gazette, journal hebdomadaire (30 mai 1631). Médecin ordinaire du roi, il fut nommé « commissaire aux pauvres du royaume

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 09:00
vr.jpg
(Photo Christine Dupuis)

Au temps de Louis XIV, aurait pu être la préceptrice des enfants du seigneur d'Essigny.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 09:00

ppgérard
(Photos Christine Dupuis)

Laquais d'un jour seulement.

Au sens originel du terme, un laquais est un valet portant livrée aux armes de son maître.

Apparu dans la langue française aux environs de 1450-1470, avec quelques variantes orthographiques à ses débuts, ce mot, d'origine inconnue, a subi divers glissements sémantiques, tous dans un sens péjoratif, et ce dès la première moitié du XVIIIe siècle (expression « mentir comme un laquais »), voire auparavant.

Le sens élargi de « personne servile » (c'est-à-dire manifestant une soumission avilissante et quasi-masochiste à autrui, indigne d'un homme libre), est probablement apparu vers la même époque.

[Wikipedia]



Partager cet article

Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 09:00
ol-af-gl.jpg

(Photo Christine Dupuis)

Le tiers-état, la noblesse et le clergé.

Les habits paysans

La plupart des paysans sont habillés de vêtements sombres car ils sont moins salissants et surtout moins coûteux que les étoffes des nobles. Afin de se protéger du soleil les femmes portent des bonnets et les hommes sont coiffés d'un chapeau. Les enfants sont habillés généralement des vêtements usés de leurs parents.

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 09:00
ed-af-gn-hq-gd.jpg

(Photo Christine Dupuis)

Gentes dames et leurs servantes.

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 09:00
claude.JPG

(Photo Christine Dupuis)

Notre premier magistrat n'avait pas revêtu la tenue majestueuse du monarque absolu :Louis XIV n'est pas sa référence pour gérer la commune.



Durant le règne de Louis XIV (1643-1715), au moins 5 seigneurs se sont succédé sur la seigneurie de Petit Essigny.

[1628] : Nicolas de Sart, écuyer, seigneur de Prémont, contrôleur. Femme : Jeanne Mattet. Eurent 4 enfants.
[1640] Le 4ème : Simon, seigneur du Petit-Essigny.
"On tient dit de la Fons, qu'il a trouvé un mulet Chargé d'argent en sortant de Paris durant les guerres".
Femme : Françoise d'Alles ; enfant, Jeanne qui porta ce domaine à
[1653] Louis de Macquerel; enfants : Charles ( ?), Marguerite, Antoine
[1687] Charles de Macquerel, seigneur; épousa en secondes noces Louise de Fonsomme; enfants : Charles, Marie-Anne

La terre d'Essigny passe ensuite (comment ?) à la famille de Chauvenet :
Alexandre (1645 - 1711) puis à son fils
Alexandre-Antoine de Chauvenet (1682 - 1762)

Sources : Dictionnaire historique du département de l'Aisne, de Melleville ; différentes généalogies diffusées sur la toile ; documents anciens numérisés (Gallica, Google books,...)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d'Essigny-le-Petit
  • : Les nouvelles de la commune d'Essigny-le-Petit
  • Contact