Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 09:00
af-gn-an.jpg
Arnaud, l'employé communal, Gisèle, l'agent recenseur, sa compagne, et leur fille Adeline

(Photo Christine Dupuis)

Les vêtements militaires

Au XVII ème siècle en Europe il n'y a pas d'uniformes militaires réglementaires. Les soldats sont protégés d'une cuirasse et sont vêtus d'une veste et de culotte semblable à celle du paysan. A partir de la guerre de 30 ans (1618-1648) certains régiments adoptent un uniforme spécifique car cette pratique doit discipliner les troupes, et elle se diffuse au cours du XVII ème siècle. Les uniformes copient les habits des nobles : ils sont constitués d'une livrée brillante de couleurs différentes selon les régiments et d'un pourpoint. Le ceinturon remplacera progressivement la bandoulière à laquelle on suspend l'épée, la poire pour ranger la poudre et les autres accessoires.
[membres.multimania.fr/agora/fenelonXVII/Mode17.htm]

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 19:45
groupe_voeux.jpg
(Photo Christine Dupuis)

C'est à l'époque de Louis XIV que se sont déroulés les voeux du conseil municipal.
Elus, employés communaux et bénévoles associatifs ont revêtu des tenues de paysans, seigneurs, soldats, marquises, laquais, médecin.....

En offrant galettes des rois et hypocras, on ne déparait pas de l'époque : on dégustait la galette des rois à la table de ce monarque et l'hypocras était sa boisson favorite.

Seules les fèves n'auraient pu trouver place à sa table : elles représentaient toutes des montgolfières ou des dirigeables.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 09:00
Au cours de la cérémonie des voeux du conseil municipal à la population, les récompenses des deux concours ont été remis par les présidents des comitié consultatifs.

Maisons fleuries
  1. Huguette Quéry
  2. Danielle Lemaire
  3. Corinne et Fabrice Desmet
Maisons illuminées
  1. Corinne et Fabrice Desmet
  2. Béatrice et Guy Laporte
  3. Ghislaine et Patrick Pertus

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 09:00
marquisd-essigny.jpg

Si vous en savez plus, je suis preneur.

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 16:05

ign00100040007.jpg

 ign00100040008

ign00100040009.jpg

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 09:00
A Essigny-le-Petit, l'instituteur avait 1 setier de bled de chaque laboureur ou censier, 15 sols de clergé et 10 livres de casuel.

Tiré du "Relevé des allocations faites dans chaque paroisse aux maîtres et maîtresses d'école pour apporter une preuve nouvelle et irréfutable de la constante sollicitude de l'église pour l'instruction populaire"


Setier : ancienne mesure de grains ou de liquides, d'une capacité différente selon les espèces et les lieux.
A Amiens, par exemple, il fallait 4 setiers et demi de la mesure locale pour faire un setier de la mesure de Paris.

Bled : ensemble des céréales cultivées. Souvent mélange de froment et de seigle.

Sol : il fallait 20 sols pour faire une livre.

Casuel : revenus accessoires, aléatoires, occasionnels

Les revenus accessoires peuvent tenir de l'exercice des fonctions de bedeau, sacristain, chantre, fossoyeur,... selon les usages locaux.


Partager cet article

Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 09:00
Pour chacun d'entre nous, le curé de Fonsomme a desservi la paroisse d'Essigny depuis des lustres.
Il n'en a pas toujours été ainsi.

Dans "Le clergé du département de l'Aisne pendant la Révolution" de Edouard Fleury, on peut y découvrir qu'un curé était affecté à la paroisse d'Essigny : SOHERT.
Il a été déporté, état qui a été constaté le 19 avril 1794.


Partager cet article

Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 09:00

Narcisse Léger est né le 24 ou 25 février 1915 à Essigny-le-Petit. Il était ouvrier agricole.

Il a participé à la 2nde Guerre mondiale et a servi en 1940 dans le 114ème Régiment d'infanterie.

Ce régiment est reconstitué le 28 mai 1940, improvisé au camp de la Courtine à partir de diverses unités en retraite (soldats de 30 dépôts différents, officiers survivants du 13e Zouaves et instructeurs de l'École militaire de Saint-Maixent). Le 5 juin 1940, il est jeté dans la bataille dans la région de Rouen et est détruit en 4 jours.

Le régiment est dissous le 18 juin, près de Limoges.

On trouve trace ensuite de Narcisse Léger comme prisonnier au Stalag VI D près de Dortmund.

Ce stalag VI D était, par son importance, le quatrième centre administratif chargé d'enregistrer les prisonniers de guerre, de les contrôler en matière d'hygiène et de "répondre aux besoins" de plus en plus pressants de l'industrie lourde de la Ruhr, notamment la Dortmunder. Devenu vite insuffisant, en 1941, les prisonniers eux-mêmes furent contraints de construire les baraquements en bois d'un nouveau camp qui s'étendit sur 17 hectares, au sud de Dortmund, au croisement de la route de Hagen et de la "Ruhrschnellweg" . Dans ce camp, furent détenus plus de 70000 prisonniers dont 10000 en permanence, majoritairement des Français, des Polonais, des Russes et des Italiens.

Le camp a été libéré le 15 avril 1945 par les Américains.

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 09:00
Grands dégâts causés par la grêle et la pluie à Fayet et aux environs

Le dimanche douziesme de juillet 1665, sur les 5 à 6 heures du soir, le tonnerre a tellement grondé en ce quartier qu'il s'est dissipé par pluye et gresle fort grosse et espouvantable qui a ruiné plusieurs villages aux environs de ceste ville de Saint-Quentin du costé de Cambraye, sçavoir :
Fayel,- Croix-sur-Somme,- Petit-Essigny,- Fervacq,- Fonsomme,- Grand-Fresnoy,- Petit-Fresnoy,- Tronquois,- Gricourt,- Le Haucourt,- Le Vergis,- Sequehart,- Pontruël,- Bellenglize,- Vermand,- Biécourt,- Soiecourt,- Senave,- Vendel,- Maissemy,- Vatencourt,- Priel,- Fleschin,- Thorigny.
- et plusieurs villages de ce costé.
Ce qui a causé grand dommage aux fermiers de ces lieux et grande perte à nostre chapitre que l'on fait estat monter à plus de dix mil livres, à cause de bien que nous avons en plusieurs de ces lieux cy-dessus.


Extrait du manuscrit du chanoine DE CROIX publié par M. Henry Cardon et repris dans les mémoires de la Société académique de Saint-Quentin.

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 09:00
1657

Louis XIV revint à Saint-Quentin le 5 juin 1657 avec Mazarin, logea rue Saint-Martin à l'hôtel de Monsieur de Fayel, actuel emplacement de l'école Jumentier, inspecta l'armée de Turenne cantonnée à Fonsomme, où Condé, au service des Impériaux, vint bientôt cantonner lui-même avant de se retirer sur Landrecies.

Extrait des mémoires de la Société académique de Saint-Quentin


1673

11 octobre 1673 : 4 à 5000 chevaux de Louis XIV sont logés à Croix-Fonsomme, Fonsomme et Essigny-le-Petit

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog d'Essigny-le-Petit
  • : Les nouvelles de la commune d'Essigny-le-Petit
  • Contact