Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 08:00

Dans le registre des délibérations en date du 22 mars 1926, on peut lire :

"Don du chemin de croix pour l'église

M. le président donne lecture d'une lettre de Madame Jéhanno, 23 rue des Capucines, Paris, dans laquelle celle-ci fait connaître qu'elle offre à titre gracieux le chemin de croix pour l'église. L'assemblée, à l'unanimité, accepte ledit don et charge M. le président de lui adresser une lettre de remerciements."

 

Qui est cette donatrice ?

On ne trouve ni dans les registres d'état-civil ni dans d'autres documents d'archives communales ce nom de famille.

Pourrait-il s'agir de Madame Le Lanno (du nom du second architecte de la reconstruction) dont le nom aurait été mal lu sur une correspondance. En effet, Henry Le Lanno s'est installé à Paris à la fin des années 20, en tout cas avant 1931. Son cabinet d'architecte est situé 76 rue Taitbout dans le IXème arrondissement.

En 1934, Le cabinet d'Henry Le Lanno est à Boulogne-Billancourt au 103, avenue Victor-Hugo.

 

Sources :

Archives communales

Paris 1876-1939 : les permis de construire

Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Le mystère du chemin de croix
Partager cet article
Repost0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 09:00

La fabrique, au sein d'une communauté paroissiale catholique désigne un ensemble de « décideurs » (clercs et laïcs) nommés pour assurer la responsabilité de la collecte et l'administration des fonds et revenus nécessaires à la construction puis l'entretien des édifices religieux et du mobilier de la paroisse : église(s), chapelle(s), calvaire(s), argenterie, luminaire(s), ornement(s), etc.

Les membres du « conseil de fabrique » sont donc des administrateurs désignés plus spécifiquement par les termes de marguilliers et de fabriciens.

Les revenus de la fabrique provenaient, c'est ce qui est le plus connu, des quêtes et offrandes. Mais pas seulement : la location des places de bancs dans l'église, par exemple, était aussi un revenu régulier (bien souvent perçu annuellement à date fixe) pour la fabrique. (Wikipédia).

De cette location, il en reste des marques au dos des bancs de l'église paroissiale.

La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
La location des bancs de l'église
Partager cet article
Repost0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 08:00

Le lendemain 29, il est arrivé une autre colonne de munitions qui est restée 3 jours à Essigny. Ils avaient mis leurs caissons de munitions dans une pâture sous les pommiers.

Manuscrit anonyme conservé à la Société académique de Saint-Quentin

 

Ce récit anonyme se poursuit sur différents autres moments de guerre et d'occupation allemande. La Société académique possède également quelques correspondances d'après-guerre entre Alfred ROGER (maire d'Essigny entre 1905 et 1912) et Élie FLEURY, l'auteur de "Sous la Botte" qui décrivit l'occupation allemande à Saint-Quentin et le saint-quentinois.

Partager cet article
Repost0
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 08:00

Le 28 août, il est arrivé une colonne de munitions qui avait des chariots et des domestiques belges et du nord de la France qu'ils avaient requis pour les conduire.

Cette colonne a tout pillé à la ferme de M. Hoquet-Duquenne. Ils ont tué la majeure partie de la volaille, pris le vin et les liqueurs ainsi que 3 chevaux. Ils ont tout bouleversé dans la maison et tout éparpillé les papiers du bureau.

Et comme M. Duquenne, le beau-père, faisait observer au commandant de cette colonne que ça n'était pas bien de faire ces choses, cet officier lui a répondu que, puisqu'il faisait ces réflexions, il allait l'emmener prisonnier et que, pour commencer, il allait faire 40 kilomètres avant de la colonne.

Cette colonne est partie vers midi dans la direction de Morcourt et Saint-Quentin.

Manuscrit anonyme conservé à la Société académique de Saint-Quentin

Partager cet article
Repost0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 08:00

"Le 27 août 1914, des cavaliers allemands sont arrivés à Essigny-le-Petit, le matin, par la route venant de Fontaine-Uterte.

Ils ont traversé le village et sont allés sur la route d'Homblières jusqu'au lieu-dit "Le Moulin". Ils ont ensuite redescendu à Essigny.

L'après-midi, il est arrivé de l'infanterie. Ces soldats ont demandé au nommé Delange Gustave si il y avait des soldats français ou anglais à Essigny et, comme il disait qu'il n'en avait pas vu, ils ont fait marcher Delange au milieu de la route et eux l'ont escorté de chaque côté de la route, baïonnette au canon pour traverser le village.

Ils se sont ensuite déployés en tirailleurs entre Essigny et Homblières et les fermes du Tilloy. Et vers le soir, il est passé des troupes, et toute la nuit..."


Manuscrit anonyme conservé à la Société académique de Saint-Quentin

 

Fin août, se déroulent la bataille de Guise et la vaine défense de Saint-Quentin par les soldats du 10ème R.I.T..

 

Nicolas CLOTIAUX propose une conférence sur ce 10ème régiment d'infanterie territoriale massacré aux portes de Saint-Quentin le 28 août 1914. C'est là que l'instituteur de Remaucourt, Charles Collin (ou Colin), soldat de 2ème classe sera tué au combat.

 

Conférence en l'hôtel de la Société académique de Saint-Quentin

9, rue Villebois-Mareuil

Vendredi 29 août 2014 à 18 heures

Partager cet article
Repost0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 08:00

Fresnoy-le-Grand : Un seul car le matin pour se rendre au collège : 7 h 24 min devant l'école.

Retour le mercredi à 12 h 25 min à l'arrêt près de l'église.

Retour les lundi, mardi, jeudi et vendredi à 16 h 47 min ou à 17 h 51 min à l'arrêt près de l'église.

Saint-Quentin : c'est un peu plus compliqué. Avec un départ à 7 h 10, un autre à 7 h 12, puis deux autres à 5 min d'intervalle à 9 h 10 min et à 9 h 15 min. Les établissements scolaires desservis ne sont pas forcément les mêmes. Le mieux est d'aller sur le site du conseil général de l'Aisne.

Partager cet article
Repost0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 08:00

Croix-Fonsomme :

de 8 h 25 min à 11 h 25 min et de 13 h 25 min à 15 h 40 min les lundis, mardis, jeudis et vendredis

de 8 h 25 min à 11 h 25 min le mercredi

Accueil 10 min avant le début des cours.

Activités périscolaires facultatives le lundi et le jeudi jusque17 h 15 min pour les élèves scolarisés dans le regroupement et domiciliés dans la commune.

 

Fonsomme

de 8 h 30 min à 11 h 30 min et de 13 h 30 min à 15 h 45 min les lundis, mardis, jeudis et vendredis

de 8 h 30 min à 11 h 30 min le mercredi

Accueil 10 min avant le début des cours.

Activités périscolaires facultatives le mardi et le jeudi jusque 17 h 15 min pour les élèves scolarisés dans le regroupement, domiciliés dans la commune ou restant à la "garderie" du soir..

 

Essigny-le-Petit

de 8 h 35 min à 11 h 35 min et de 13 h 35 min à 15 h 50 min les lundis, mardis, jeudis et vendredis

de 8 h 35 min à 11 h 35 min le mercredi

Accueil 10 min avant le début des cours

Activités périscolaires facultatives le lundi et le mardi jusque 17 h 15 min pour les élèves scolarisés dans le regroupement et domiciliés dans la commune.

 

Les horaires de car du matin au départ de :

Essigny-le-Petit                                                          8 h 00

Petit-Fonsomme                                                         8 h 06

Fonsomme (à destination de Croix-Fonsomme)             8 h 12

Croix-Fonsomme                                                        8 h 19

Fonsomme (à destination d'Essigny)                             8 h 26

 

Les horaires de car au retour à

Fonsomme (au départ de Croix)                                   11 h 34

Essigny-le-Petit                                                          11 h 42 (*)

Petit-Fonsomme                                                         11 h 48

Fonsomme (au retour d'Essigny)                                  11 h 54 (**)

Croix-Fonsomme                                                        12 h 00             

 

 

Les horaires de car de l'après-midi au départ de :

Essigny-le-Petit                                                          13 h 00

Petit-Fonsomme                                                         13 h 06

Fonsomme (à destination de Croix-Fonsomme)              13 h 12

Croix-Fonsomme                                                        13 h 19

Fonsomme (à destination d'Essigny)                             13 h 26

 

Les horaires de car au retour à

Fonsomme (au départ de Croix)                                   15 h 49

Essigny-le-Petit                                                          15 h 57 (*)

Petit-Fonsomme                                                         16 h 03

Fonsomme (au retour d'Essigny)                                  16 h 09 (**)

Croix-Fonsomme                                                        16 h 15           

 

(*) abribus près de l'glise

(**) grand-place  

 

Les temps de "garderie" sont maintenus sans changement sur le site de Fonsomme :

A partir de 7 h 30 min le matin du lundi au vendredi

Jusqu'à 18 h 30 min le soir les lundi, mardi, jeudi et vendredi

Restauration le midi les  lundi, mardi, jeudi et vendredi

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 08:00
La plaque sur l'église

La plaque sur l'église

On affirme que l'église essignyacoise a un caractère breton car l'architecte était breton. J'aurais parié sur Le Lanno, mais non, c'est Perrin, le breton.

Hyacinthe Perrin (1877-1965) est connu à Rennes comme l'architecte de l'égise Sainte-Thérèse mais on lui doit aussi bien d'autres édifices : des hôtels particuliers, des maisons, des immeubles, d'autres bâtiments religieux. Installé dans cette ville, dès 1906, il y reste en activité jusque dans les années 1960 et marque ainsi durablement le paysage rennais.

Pendant la guerre, il est mobilisé comme architecte au camp de Saint-Cyr-Coëtquidan, ce qui ne l'empêche pas d'ouvrir un cabinet à Saint-Quentin. Il s'associe pour cette agence avec un architecte de Saint-Quentin (H. Le Lanno).

Ils sont les architectes de cet ensemble "art déco" situé du 16 au 22 rue de Paris.

16 à 22 rue de Paris

16 à 22 rue de Paris

C'est certainement dans le domaine religieux qu'il va donner la pleine mesure de son talent.....Il construit, à la demande de la famille Oberthur, la chapelle de Saint-Genou à Monterfil (Ille-et-Vilaine).

Attardons-nous sur cette chapelle : Elle sert de monument aux morts et commémore le décès d'une soixantaine de Monterfilois. Le monument est construit et financé par le maire de l'époque, Louis Oberthur. Dans le registre des délibérations du conseil municipal, il précise : "Ces tables, portant les noms de Monterfilois morts pour la patrie seront placées, si vous le voulez bien, dans une chapelle que vous me permettez d'élever moi-même à la mémoire de mes frères d'armes, tombés au champ d'honneur. Chapelle que j'ai fait le vœu d'élever, un jour de rude bataille, le 10 mai 1915, si j'avais le bonheur de voir la victoire de nos armes et l'Alsace et la Lorraine rendues à la France."

La chapelle Saint-Genou - Monument aux mort de Monterfil

La chapelle Saint-Genou - Monument aux mort de Monterfil

Avouez que la similitude est frappante.

L'église Saint-Didier d'Essigny-le-Petit

L'église Saint-Didier d'Essigny-le-Petit

Monterfil et situé à l'ouest de Rennes à 530 km d'Essigny-le-Petit

 

Voir le site de cette commune :

http://www.monterfil.fr/

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyacinthe_Perrin

http://www.placepublique-rennes.com/2010/11/hyacinthe-perrin-la-plenitude-dune-longue-carriere/

http://saint-quentin-numerique.fr/Art-Deco-25

http://www.delcampe.fr

Archives municipales d'Essigny-le-Petit

Partager cet article
Repost0
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 08:00

Comme la cloche dont le blog vous a conté l'histoire il y a quelque jours, les vitraux ont été acquis grâce à des dons ; dons faits à la suite de la construction pour les vitraux de la nef, dons faits dans les années 1950 pour les vitraux du chœur.

Par courrier en date du 12 juin 1925, les architectes communaux Perrin & Le Lanno s'engagent à abandonner leurs honoraires pour l'achat des vitraux.

Les vitraux de l'église

Le 1er décembre 1931, Le Lanno était toujours d'accord pour offrir la somme de 1600 francs pour les vitraux du choeur mais.les temps sont durs.

Les vitraux de l'église

Quant aux vitraux de la nef - 4 vitraux identiques -, ils ont été offerts dès 1926 par des Essignyacois.

Les vitraux de l'église

Deux des vitraux ont été offerts par Mlle Godefroy, un autre par la famille Vasseur-Faglin et le dernier par la famille Clauet-Delange.

Les vitraux de l'église
Les vitraux de l'église
Les vitraux de l'église

Dans les années qui suivirent, on n'entendit plus parler des architectes Perrin & Le Lanno.

Alors, les vitraux du chœur ?

Ils datent de 1954.

Comment étaient les verrières du chœur depuis la construction jusque 1954 ?

Le vitrail de l'Annonciation

Le vitrail de l'Annonciation

L'Annonciation : l'archange Gabriel (à gauche) annonce à Marie qu'elle sera la mère d'un enfant vraiment unique : "II sera grand et on l'appellera Fils du Très-Haut" (Luc 1,32).

Cette fête se célèbre le 25 mars soit neuf mois avant la célébration de Noël.

Ce vitrail a été offert en 1954 par Michel, Jacqueline et Francine Hoquet.

Le vitrail de la Visitation

Le vitrail de la Visitation

La fête de la Visitation commémore un épisode de l'évangile selon saint Luc : la visite qu'aurait rendue Marie (debout), enceinte du Christ, à sa cousine Élisabeth (agenouillée), enceinte de Jean-Baptiste. Cette visite est rapportée par l'évangéliste saint Luc (1, 39-45).

La visitation se fête le 31 mai.

Ce vitrail a été offert par Roger, Marie-Paule et Jean-Marie Denoyelle.

Les vitraux de l'église
Les vitraux de l'église

Ces deux vitraux sont l’œuvre de l'atelier du maître verrier R. Degouy installé à Beauvais.

Les vitraux de l'église

L'abbé Douchet était le curé de Fonsomme desservant de la paroisse d'Essigny-le-Petit. Il exerçait encore son ministère dans nos deux communes en 1964.

Les vitraux de l'église
Partager cet article
Repost0
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 08:00

23 août : dernier soir pour les 2 représentations du spectacle coloré et musical de la cathédrale de Laon. Soit à 22 h 30 soit à 23 h 15.

Du moyen-âge au XXIème siècle, du tailleur de pierres à l'informatique en passant par les grands conflits.

Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon
Les couleurs de l'été à Laon

Si vous y allez, attention aux petits courants d'air frais qui balaient le parvis de la cathédrale.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'Essigny-le-Petit
  • : Les nouvelles de la commune d'Essigny-le-Petit
  • Contact