Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 06:13

Sur un site de ventes aux enchères consacré aux collectionneurs est mis aux enchères le numéro 911 du Journal des Voyages et des aventures de terre et de mer.

Il consacre un long article au ballon, "le seul", au ballon d'Essigny, à "notre" ballon, à celui qui s'est posé un beau jour de septembre 1894 entre la commune et la ferme du Buisson, à celui à qui on doit le surnom, le sobriquet, le gentilé de "Ballonnistes".

Cet article relate la dernière étape de ce tour de France de Rollot jusqu'à Essigny-le-Petit.

A l'heure où je mets cet article en ligne, il n'y a pas encore d'enchères et le numéro est à 6,99 € (+ frais de port).

A retrouver sur le site Delcampe à cette page.

Vous pouvez enchérir jusqu'au vendredi 23 décembre 2016 à 20 h 40 min.

Ce vendeur met également aux enchères d'autres numéros du Journal des voyages qui relatent ce tour de France en ballon notamment les numéros 901 et 904.

Le numéro 901 : à la une, dessin du ballon lors de son départ du 19 septembre 1894 à La Villette

Le numéro 904 : une double page de dessins du voyage avec, entre autres, l'atterrissage à Essigny.

Si vous trouvez le numéro 912, celui-ci relate le séjour à Essigny des deux aérostiers : Maurice Mallet et Wilfried de Fonvielle.

Vous pourrez retrouver cet article dans la journée avec des illustrations sur cette page.

Repost 0
Publié par jphb - dans Les 1000 ans
commenter cet article
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 20:12
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.
Merci à Virginie.

Merci à Virginie.

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 10:18

Ce n'est pas encore le cas en Picardie, pardon, dans les Hauts-de-France. Mais cela viendra sûrement.

Il s'agit de la carte nationale d'identité.

En Bretagne, depuis hier, seules 110 mairies sur les 1249 que compte la région pourront recevoir les demandes de cartes d'identité.

Gageons que cette initiative gagnera les autres régions françaises.

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 09:00

Les médias se sont emparés des résultats d'une enquête qui classe les élèves de CM1 comme les plus mauvais élèves d'Europe.

Des programmes de 2008 trop lourds ?

....

Le ministère de l'Éducation avance une autre explication : les enfants testés ont suivi les programmes de 2008 qui sont considérés comme trop lourds par les enseignants et avec une chronologie peu pertinente pour certains sujets. La division par exemple, dont l'apprentissage démarrait en CE2, trop tôt selon les instituteurs.

Les nouveaux programmes, entrés en vigueur à la rentrée 2016, sont moins lourds et surtout accompagnent mieux les enseignants, selon la rue de Grenelle.

Qu'en était-il autrefois ?

Dans le "nouveau guide pratique des maires, des adjoints, des secrétaires de mairie et des conseillers municipaux" publié en 1893, l'auteur énumère les notions de calcul abordées par la section des enfants de 5 à 6 ans.

  • Premiers éléments de la numération orale et écrite
  • Petits exercices de calcul mental
  • Addition et soustraction sur des nombres concrets et ne dépassant pas la première centaine
  • Étude des dix premiers nombres et des expressions demi, moitié, tiers, quart
  • Les quatre opérations sur des nombres de deux chiffres
  • Le mètre, le franc, le litre

Clairement, les notions abordées il y a plus de 100 ans l'étaient un, deux voire trois ou quatre ans plus tôt qu'actuellement.

Faisait-on de meilleurs mathématiciens à l'époque ?

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 09:38

Assemblée Générale de l'EPGV (Éducation physique et gymnastique volontaire - Sport-Santé de Saint-Quentin) du 26 novembre au Palais de Fervaques :

À cette occasion une médaille bien méritée a été décernée à Madame Joëlle SWIEGOT pour ses nombreuses années consacrées à  l'animation des activités sportives notamment dans la commune dont elle a été habitante (à la laiterie).

Toutes nos félicitations.

Toutes nos félicitations.

Information communiquée par Gérard et Évelyne. Merci.

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 09:00

L'almanach-annuaire de 1914 est plus exhaustif que celui de 1912.

On y trouve par exemple l'activité "Broderie Suisse". S'agissait-il d'un commerce ou d'une activité artisanale ?

Des almanachs-annuaires - 1914
Des almanachs-annuaires - 1914

Deux noms figurent sur la ligne "Broderie Suisse".

COLPART. Il s'agit fort probablement de Félix COLPART que l'on retrouve comme brodeur dans les registres de l'état-civil d'avant guerre.

Jean PETIT se souvient d'une activité de tissage à ce nom, après guerre, dans le garage actuel de la maison située au 692 rue de Saint-Quentin. Félix COLPART était également connu comme entrepreneur de bals sous chapiteau.

Lucien VERZINET se souvenait également de deux métiers à tisser avant 1914 dans la maison qu'il occupait au 696 de la rue du 8-mai-1945.

Sources :

Bibliothèque municipale de Saint-Quentin

Archives départementales de l'Aisne

Souvenirs de Jean PETIT et Lucien VERZINET

Sites mentionnés sous les documents

Qu'est ce qu'une broderie suisse ?

Sur les moteurs de recherche, on découvre de nombreux objets décorés avec de la broderie suisse tel ce sapin de Noël (saison oblige) brodé sur du tissu Vichy.

Photo "http://389points.canalblog.com"

Photo "http://389points.canalblog.com"

Mais les broderies suisses essignyacoises de 1914 n'ont rien à voir avec ce passe-temps décoratif. Il s'agit de broderies mécaniques exécutées sur des machines dites  métiers suisses.

"L’art de la broderie blanche à la main se pratiquait, à Saint-Quentin, depuis très longtemps. Mais celle-ci, concurrencée dès le milieu du 19ème siècle par des broderies en provenance de Suisse et exécutées sur des machines dites « métiers suisses », était en pleine décadence.

Devant l’industrialisation de la broderie main, les entrepreneurs textiles de la région s’équipent en matériels modernes afin de conserver une suprématie ancestrale.

Les premiers métiers mécaniques à broder en provenance de Saint-Gall sont installés à Saint-Quentin en 1868. Une école est même créée en 1869, sous l’égide de la Société industrielle de Saint-Quentin. Moins d’une dizaine d’années plus tard, l’industrie de la broderie fait battre 350 machines et occupe 2000 personnes

En 1878, les premiers métiers à bras font leur apparition à Beaurevoir, puis 10 ans plus tard à Villers-Outréaux et en 1893 à Caudry où sont installés en 1906 les premiers métiers à broder de France avec jacquard.

Dès la fin du XIXème siècle, la production mécanique est en plein essor et ouvre de nouveaux champs d’application en rendant la broderie plus accessible. On dénombre à l’époque 1050 métiers à pantographe, 150 métiers à broder jacquard et 5000 métiers à broder à bras. ."

Source : Association professionnelle des broderies mécaniques.

Photo "http://scrapecole.canalblog.com/"

Photo "http://scrapecole.canalblog.com/"

Parallèlement, les petits ateliers familiaux de filage et de tissage s’équipent de métiers et sous-traitent les commandes des industriels.

Repost 0
Publié par jphb - dans Les 1000 ans
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 16:44

Extrait du 29 novembre 2016

"Lors de la dernière réunion du conseil municipal des mères de famille ont remis une pétition pour que des stops soient remis au carrefour.

Si l’ordre du jour du conseil municipal laissait penser que la réunion se passerait dans la sérénité, cela n’a pas été le cas. En effet, une délégation de mamans s’est invitée afin de remettre au maire, Claude Vasset, une pétition comportant, aux dires des mamans, près de 500 signatures et demandant au conseil de remettre les panneaux stops au carrefour des rues du 8-Mai et de Saint-Quentin.

C’est lorsque l’ordre du jour a été épuisé que Claude Vasset, qui a annoncé que c’était son dernier mandat, s’est adressé aux cinq mamans présentes : « Je pense qu’il aurait été plus judicieux de venir discuter avant de vous déguiser au carrefour pour faire signer une pétition. Est-ce que tous les signataires sont du village ? » Et d’expliquer pourquoi les stops ont été supprimés. « C’est à la suite de la demande de plusieurs habitants qui voulaient trouver une solution à la vitesse. Après étude de la voirie départementale la meilleure solution était de supprimer les stops et de remettre en pratique la priorité à droite dans le village, ce qui oblige les conducteurs à ralentir. Si ceux-ci ne respectent ces priorités, ce n’est pas notre faute mais un manque de civisme. »

Les mamans reconnaissent que la vitesse est la cause du danger et pensent qu’il faut trouver des solutions, mais pas de ralentisseurs. Michèle Argobast, conseillère, propose d’étudier la solution des chicanes, comme à Omissy. Cette proposition a retenu l’attention du conseil qui a voté pour la réalisation d’une étude ; solution qui a satisfait les mamans présentes. Enfin, pour les rassurer, le maire les a informées qu’un agent municipal assurera la sécurité aux heures d’entrée et de sortie de l’école."

 

L'Aisne Nouvelle

Repost 0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 09:19

Le carrefour, et sans doute la sécurité, était un des 13 points à l'ordre du jour du conseil municipal qui s'est tenu vendredi dernier.

Dans un premier temps, et c'est déjà en place selon la presse, un agent fera traverser les enfants aux heures d'entrée et de sortie des écoles.

Les stops pourraient faire  leur retour et une étude pour contrer les excès de vitesse serait menée. La presse emploie l'expression "sur le long terme".

 

Le Courrier picard du 28 novembre 2016

Le Courrier picard du 28 novembre 2016

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 09:00

Nouvel annuaire, 2 années plus tard.

Le maire de la commune n'est plus Alfred ROGER, l'agriculteur de la ferme du Buisson.

Il s'agit de VASSEUR.

Maurice de son prénom, il est conseiller général du canton de Bohain de 1910 à 1919 avec l'étiquette socialiste. Il exerce la profession de publiciste* et est domicilié à Essigny-le-Petit (1)

Si on consulte les registres d'état-civil de la commune, on a mention d'Édouard et non de Maurice VASSEUR dont la 1ère signature sur les registres date du 12 juin 1912. Il avait été élu maire après les élections municipales des 5 et 12 mai 1912.

Le 5 juillet 1913, Édouard VASSEUR signe son dernier acte d'état-civil.

Le 30 juillet, c'est Alfred ROGER, précédent maire, qui signe en tant que conseiller municipal par délégation de l'adjoint et à défaut de maire. On peut supposer que le premier magistrat a démissionné courant juillet.

Le 27 septembre, c'est Léon DUQUENNE, conseiller municipal, qui officie lors du mariage de Julien Hivet et de Marthe Mathias. Il signe par délégation du premier conseiller municipal faisant fonction de maire à défaut de maire et d'adjoint. L'adjoint aurait-il démissionné à son tour ?

Le 17 octobre 1913, c'est Pierre LESAGE qui signe en tant que maire sur ces mêmes registres.

*Publiciste : il peut s'agir d'un spécialiste de droit public ou bien encore d'un journaliste.

 

Sources :

(1) : Wikipedia sur cette page.

Archives départementales de l'Aisne

Archives communales d'Essigny-le-Petit

 

 

Des almanachs-annuaires : 1912
Repost 0
Publié par jphb - dans Les 1000 ans
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 09:00
Des almanachs-annuaires - 1910 - Croix-Fonsomme
Des almanachs-annuaires - 1910 - Croix-Fonsomme

En 1910, la population de Croix-Fonsomme était plus nombreuse que celle d'Essigny.

A Méricourt, hameau de la commune, il y avait une école et deux aubergistes.

Monsieur Pierre Louis Augustin TESTART, maire de Croix-Fonsomme, propriétaire agriculteur est élevé au grade d'officier du Mérite agricole le 22 août 1911.

C'est peut-être lui qui est l'auteur quelques années plus tôt de deux ouvrages sur la faune et la chasse :

"Les perdrix"

et

"La cynégétique de France au XXème siècle, traité pratique de la chasse et du gibier"

 

 

Extrait du "Journal d'agriculture pratique, de jardinage et d'économie domestique"

Extrait du "Journal d'agriculture pratique, de jardinage et d'économie domestique"

Dans un autre numéro de ce périodique, on peut découvrir un encart publicitaire pour l'ouvrage "Les Perdrix" de Louis Testart.

Des almanachs-annuaires - 1910 - Croix-Fonsomme

Sources :

Bibliothèque municipale de Saint-Quentin pour l'extrait de l'almanach annuaire

Gallica pour les informations sur Louis Testart

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Essigny-le-Petit
  • Le blog d'Essigny-le-Petit
  • : Les nouvelles de la commune d'Essigny-le-Petit
  • Contact