Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 10:00

Désiré et Victor.

Intéressons-nous à l'aîné.

L'aîné de la fratrie, c'est Désiré. Il est le fils de Marcelin Augustin et de Marie-Josèphe Tellier et a 10 frères et sœurs issus des deux mariages de son père.

Les frères Mathias

Si vous avez lu l'extrait de l'acte de naissance, vous vous êtes aperçus qu'il y manquait l'année. Elle est inscrite plus haut dans l'acte. Il s'agit de l'année 1881. Désiré avait donc presque 33 ans au début du conflit.

Les registres matricules conservés aux archives départementales et consultables en ligne nous en apprennent un peu plus.

Sur son physique (sans pouvoir autant en faire un portrait robot. Il était plus grand que la moyenne de sa classe (1,65 m).

Les frères Mathias

Lors du conseil de révision, il est déclaré "bon pour le service" mais dispensé comme aîné de 7 enfants. Il est alors manouvrier.

Bien que dispensé, il est arrivé au corps le 14 novembre 1902 comme soldat de 2ème classe. Cette incorporation est-elle consécutive à une condamnation survenue en 1901 ?

"Notre" Désiré était-il un bagarreur ?

Les frères Mathias

Il effectue donc son service au 87ème R.I., le régiment de Saint-Quentin.

Il est envoyé dans la disponibilité le 20 septembre 1903 après 10 mois sous les drapeaux avec un certificat de bonne conduite. S'était-il assagi ou les coups volontaires n'étaient-ils qu'un accident de parcours ?

Une autre question se pose. Pourquoi 10 mois sous les drapeaux alors qu'avant 1905, le service militaire a une durée de 3 mois.

Il effectue ensuite deux périodes d'exercice.en août 1908 et en septembre 1911.

Il est rappelé à l'activité lors de la mobilisation générale. C'est le 12 août 1914 qu'il arrive au corps.

Le 87ème combat dans les Ardennes belges en août 1914 puis participe à la bataille de la Marne au début de septembre.

 

BATAILLE DE LA MARNE

 

Pendant la Bataille de la Marne, du 5 au 11 septembre, après les grosses fatigues de la retraite,heureux d’avoir reçu l’ordre de ne plus regarder en arrière, de mourir jusqu’au dernier plutôt que de reculer, le Régiment, allant presque au-delà de la limite de ses forces, arrête le flot ennemi devant FAVRESSE, HAUSSIGNEMONT et BIESMES.

Après ce grand effort, pour la poursuite, il lui pousse subitement, semble-t-il, des ailes.

L'ARGONNE

Le régiment combat ensuite en Argonne.

Du 1er au 5 décembre, dans les bois de la Grurie, l'ennemi attaque furieusement et sans répit, mais il ne peut venir à bout de la ténacité du régiment qui rétablit toujours la situation quelles que soient les pertes qu'il subisse.

Les frères Mathias
Les frères Mathias

C'est là, à La Harazée, que disparaîtra le 1er décembre 1914, le soldat Désiré Mathias.

Ce jour-là, le régiment compte 20 soldats et officiers tués, 61 blessés et 203 disparus.

Les frères Mathias

On retrouve également sur Mémoire des Hommes" la fiche de son décès.

Désiré Mathias est inhumé dans la tombe 1058 de la nécropole nationale de la Harazée sur la commune de Vienne-le-Château dans la Marne.

Les frères Mathias

Sources :

Archives de la commune d'Essigny-le-Petit.

Archives départementales de l'Aisne.

Site "Mémoire des Hommes".

Site "Le Chtimiste".

Site "MemorialGenWeb"

Historique du 87ème Régiment d'Infanterie. Guerre de 1914-1918. Citations et exploits du 87 RI. Imprimerie Compiègne. G. Petit, directeur. 1919. Numérisé par Xavier ANTOINE. 2010.

Site "Delcampe".

S

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par jphb
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'Essigny-le-Petit
  • Le blog d'Essigny-le-Petit
  • : Les nouvelles de la commune d'Essigny-le-Petit
  • Contact